Chroniques de la Violence Ordinaire Agrandir

Chroniques de la Violence Ordinaire

Nouveau produit

DVD Zone 2. Pal .

ANDREW ORR, JULIEN BIZOT, ERIC KARNBAUER pour NOVA PROD

Plus de détails

25,00 € (TTC)

Six mois d’enquête,deux ans de tournage, quatre films réalisés… à Creil,dans l’Oise. Creil, où tous les indicateurs de la violence clignotent : violence urbaine,sexuelle, conjugale, sociale, délinquances et violences faites aux enfants, dès la naissance.
Unité de lieu, donc, pour suivre dans la durée des personnages qui se débattent.Victimes et prédateurs. Parfois les deux. Et l’envie d’en sortir, de reconstruire ces vies décousues. De la cité-jardin, devenue cité de non-droit, au Tribunal pour enfants, du couple qui se déchire au business des chéquiers volés, les histoires ici racontées ne justifient ni le discours sécuritaire, ni l’angélisme de ceux qui ne vivraient pas là. D’où viennent ces violences ordinaires ? Comment arrêter la spirale enclenchée ? Tous les acteurs de ces drames quotidiens ont tenu à participer à ces films, de la bande aux juges, des policiers aux travailleurs sociaux, des psychologues aux victimes… Ce ne sont pas des films sur ou à propos d’eux. Ce sont des films faits avec eux.

 

La violence : beaucoup de clichés, de raccourcis, d’images-chocs. On montre les conséquences, on en imagine les causes, mais souvent sans comprendre cette mécanique dans ses enchaînements implacables. Au début de ce travail, pas de scénario, simplement une volonté d’enquêter sur le terrain à Creil, pour valider que cette ligne de front proposait bien un condensé de ces problématiques. Puis,suivit l’immersion dans le réel. Les rencontres, les histoires, toutes ces personnes qui nous ont fait lentement mais pleinement confiance, qui nous ont livré leurs vies, avec pudeur et angoisse. L’aide de tous les acteurs de terrain : police,justice, santé, collectivités locales. Qu’ils soient tous remerciés de nous avoir ouvert les yeux.
Remerciements aussi à France 2, à France 5, au CNC et à la PROCIREP pour leur engagement et leur solidarité, aux unités documentaires pour leur regard et leurs conseils avisés. 4 films et presque 3 années d’engagement. Ce dernier mot résume bien la nature de ce travail au long cours.

 

Il se suffit à lui seul pour rendre compte du sens de cette expérience collective, vécue de longs mois, le temps nécessaire pour que toute l’équipe s’arrête, regarde, réfléchisse au « pourquoi », puis décrive cette violence dans ses dimensions les plus ordinaires.
Ce travail collectif a connu toute la panoplie des tensions propres à ce genre d’exercice qui veut que l’on place l’effort de présence au plus près de la vie de l’Autre,des autres.L’équipe a vécu au cœur de la Cité, prête à saisir ces affaires, pour les suivre ensuite dans leurs méandres jusqu’à l’émotion, tant leur banalité tragique parle d’universel.

 

1 autres produits dans la même catégorie